Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.
134
L’AMI FRITZ.

sur la place, elle a tout vu, et elle vous raconte la mine de chacun, mais d’un air si drôle…

— Je parie qu’elle s’est aussi moquée de moi, s’écria Fritz.

— Oh ! pour cela, jamais, monsieur ; du grand Frédéric Schoultz, je ne dis pas, mais de vous…

— Ha ! ha ! ha ! interrompit Kobus, elle s’est moquée de Schoultz ! Elle le trouve un peu bête, n’est-ce pas ?

— Oh ! non, pas justement ; je ne peux pas me rappeler… vous comprenez…

— C’est bon, Katel, c’est bon, » dit-il en s’en allant tout joyeux.

Et jusqu’au bas de l’escalier, la vieille servante l’entendit rire tout haut en répétant : « Cette petite Sûzel me fait du bon sang. »

Quand il revint, la table était mise et le potage servi. Il déboucha sa bouteille, se mit la serviette au menton d’un air de satisfaction profonde, se retroussa les manches et dîna de bon appétit.

Katel vint servir les beignets avant le dessert.

Alors, remplissant son verre, il dit :

« Nous allons voir cela. »

La vieille servante restait près de la table, pour entendre son jugement. Il prit donc un beignet, et le goûta d’abord sans rien dire ; puis un autre,