Page:Erckmann-Chatrian - Histoire d’un conscrit de 1813.djvu/144

Cette page n’a pas encore été corrigée


La fonte des neiges avait commencé le 18 ou le 19 mars. Je me rappelle que pendant la grande revue d’Aschaffenbourg, sur un large plateau d’où l’on découvre le Mein à perte de vue, la pluie ne cessa point de tomber depuis dix heures du matin jusqu’à trois heures de l’après-midi. Nous avions à notre gauche un château, dont les gens regardaient par de hautes fenêtres, bien à leur aise, pendant que l’eau nous coulait dans les souliers. À droite bouillonnait la rivière, que l’on voyait comme à travers un brouillard.

Pour nous rafraîchir encore les idées, à chaque instant on nous criait : « Portez arme ! Arme bas ! »

Le maréchal s’avançait lentement, au milieu de son état-major. Ce qui consolait Zébédé, c’était que nous allions voir le brave des braves.