Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - Contes et romans populaires, 1867.djvu/77

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
73
L’ILLUSTRE DOCTEUR MATHÉUS.

Erckmann - Chatrian - Contes et romans populaires, 1867 p087.jpg
On ne pouvait rien voir de plus triste que ce bon docteur. (Page 68.)

mois, le logement, la nourriture et la générosité des pratiques… Hein ? qu’en dis-tu ? »

Alors la grosse face de Coucou Peter s’épanouit de satisfaction.

« Hé ! maître Kasper, s’écria-t-il, vous avez une manière de prendre les gens par leur faible…

— Tu renonces donc à la dignité de grand rabbin ? fit le brasseur.

— Parbleu ! puisque maître Frantz…

— Non. non, c’est à toi qu’il appartient de décider la question.

— Ma foi ! dit Coucou Peter en se levant, vive la cave ! ma véritable place est dans la cave ! »

Dès que son disciple eut déserté la doctrine, l’illustre philosophe respira, et levant les mains :

« L’Être des êtres a décidé, dit-il, que sa volonté soit faite ! »

Ce furent ses seules paroles de regret ; car songeant qu’il retournerait au Graufthal, une joie si grande, si complète descendit au fond de son âme, que nulle expression ne saurait la rendre. Autant il avait eu d’ardeur à quitter le hameau, autant il en éprouvait alors à le revoir. La femme du brasseur se joignit à son mari, et lui représenta qu’il avait besoin de se reposer un ou deux jours ; mais ce fut impossible.


Erckmann - Chatrian - Contes et romans populaires, 1867 p094.jpg
L’être des êtres a décidé, dit-il.(Page 73.)

« Il faut que je parte, disait-il en parcourant la grande salle, il faut que je parte… ; ne me retenez pas, ma chère dame, je serais désolé de vous refuser. Les destins sont accomplis ! Coucou Peter, va seller Bruno ! va, Cou-