Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - Contes et romans populaires, 1867.djvu/668

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
64
LA TRESSE NOIRE.

Erckmann - Chatrian - Contes et romans populaires, 1867 p678.jpg
La branche cassa comme du verre. (Page 59.)

« Qu’est-ce que cela ? lui demandai-je.

— C’est un cordial, fit-il ; on pourrait le nommer un rayon de soleil d’Afrique, car il renferme la quintessence des aromates les plus rares du sol africain.

— C’est délicieux. Verse-m’en encore un verre, Georges.

— Volontiers, mais noue d’abord cette tresse de cheveux à ton bras. »

Il me présentait une natte de cheveux noirs, luisants comme du bronze.

Je n’eus aucune objection à lui faire, seulement cela me parut étrange. Mais à peine eus-je vidé mon second verre, que cette tresse s’insinua, je ne sais comment, jusqu’à mon épaule. Je la sentis glisser sous mon bras et se tapir près de mon cœur.

« Taifer, m’écriai-je, ôte-moi ces cheveux ils me font mal ! »

Mais lui répondit gravement :

« Laisse-moi respirer !

— Ôte-moi cette tresse, ôte-moi cette tresse repris-je. Ah ! je vais mourir !

— Laisse-moi respirer, dit-il encore.

— Ah ! mon vieux camarade… Ah ! Taifer… Georges !… ôte-moi cette tresse de cheveux… elle m’étrangle !

— Laisse-moi respirer ! » fit-il avec un calme terrible.

Alors je me sentis faiblir… Je m’affaissai sur moi-même… Un serpent me mordait au cœur. Il se glissait autour de mes reins… Je sentais ses anneaux froids couler lentement sur ma nuque et se nouer à mon cou.