Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - Contes et romans populaires, 1867.djvu/484

Cette page a été validée par deux contributeurs.
LA TAVERNE DU JAMBON DE MAYENCE.

Erckmann - Chatrian - Contes et romans populaires, 1867 p494.jpg
— Est-ce que maître Sébaldus est malade ? (Page 52.)


Sexomen de Neustadt. En telle autre année, il avait mis tous ses adversaires sous la table ; une tonne d’une mesure ne lui faisait pas peur, d’autant plus qu’il mangeait en proportion, ce que les autres ne pouvaient faire. On célébra ses heureuses opérations, ses grandes caves, son cellier, le plus frais de Bergzabern, et, finalement, comme trois heures sonnaient à l’église Saint-Sylvestre, le vieux Zaphéri Mutz dit qu’il fallait aller le voir ; que cela lui ferait certainement plaisir ; qu’on lui souhaiterait une bonne santé, et qu’on lui témoignerait l’espérance de le voir bientôt assis au milieu de ses anciens camarades, la cruche au poing, ce qui ne pouvait manquer de lui mettre la joie au cœur.

Tous, à l’unanimité, trouvèrent cette idée très-bonne ; la mère Grédel eut beau leur dire qu’il avait besoin de repos.

« Bah ! s’écria Zaphéri, nous le connaissons bien, rien que le plaisir de nous voir serait capable de le guérir. »

Et, bon gré, mal gré, la mère Grédel dut aller prévenir Sébaldus que ses vieux compagnons allaient défiler autour de son lit et lui serrer la main. Sébaldus venait de prendre sa huitième pinte d’eau quand il reçut cette nouvelle ; il était aussi pâle et défait que les autres étaient rouges et joyeux ; son nez pourpre avait pris des teintes violettes, par le froid intérieur ; la consternation se peignait dans ses yeux. Avant qu’il eût eu le temps de répondre, la porte s’ouvrit, et ses joyeux compères d’autrefois entrèrent deux à deux en disant :