Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - Contes et romans populaires, 1867.djvu/245

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
177
MAITRE DANIEL ROCK.


Erckmann - Chatrian - Contes et romans populaires, 1867 p255.jpg
Il était magnifique à voir ainsi… ( Page 175.)


et fit déborder la mer jusqu’à la cime du mont Ararat. »

Au bout de huit jours, monsieur le maire revint au village, et le dimanche suivant eut lieu l’inauguration.

Il faut savoir que ce jour-là toute les autorités constituées de la montagne et de la plaine étaient présentes, de sorte que maître Zacharias ne brillait pas au milieu de tant d’autres astres. En outre, monsieur l’architecte Lang, le charpentier Ulrick et plusieurs autres artistes avaient construit un arc de triomphe en bois et en feuillage, haut de cinquante pieds et large en proportion, sous lequel devait passer le premier convoi.

Maintenant, représentez-vous la scène par un beau soleil… représentez-vous les maires, les conseillers municipaux en gilet rouge, aussi nombreux que les étoiles du ciel… au milieu de ces personnages, coiffés de leurs tricornes, représentez-vous une haute estrade en forme d’autel, ornée de messieurs les fonctionnaires et de messieurs les officiers de la forteresse de Phalsbourg ; puis autour de l’estrade les dames de ces messieurs, en chapeaux, en robes de soie, assises sur des chaises ; puis autour de tout cela, les habitants des villages, hommes, femmes, enfants, jusqu’au haut des montagnes les plus proches ; enfin, derrière, les cimes boisées de la chaîne des Vosges dominant cette fourmilière d’un air solennel.

Mais, il faut l’avouer, ce n’était pas aussi simple, aussi naturel que la descente des montagnards venant saluer les petites dames de