Page:Ebel - Les femmes compositeurs de musique, 1910.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
153
LES FEMMES COMPOSITEURS

terre et en Allemagne furent accueillies avec un grand enthousiasme. L’admiration pour ses qualités artistiques fut aussi rendue à son ardente affection et justifiée par son dévouement touchant envers son mari pendant les dernières années de sa vie. Comme artiste, Clara Schumann réunit pour la musique tous les talents, acquis et naturels, tels que l’on ne rencontre pas souvent dans la carrière de l’art. Elle eut des qualités puissantes d’esprit, mais elle eut aussi de grandes qualités de cœur et toutes deux se tinrent en si parfait équilibre dans son jeu artistique qu’elles permirent avec juste raison à la critique d’affirmer qu’elle était le plus grand pianiste femme que le monde ait connu.

 Elle a tiré du clavier, par son toucher plein de langueur, éteignant la percussion, un rare effet de qualité exquise que peu d’artistes surent jamais atteindre.
 Mme Schumann était de moyenne taille, assez forte, de visage pâle, avec un nez aquilin et des yeux bleus d’expression profonde. La simplicité de ses manières, la pureté de sa vie privée la faisaient aimer de ceux qui la connaissaient.
 Franklin Taylor, analysant les compositions de Clara Schumann, s’exprime ainsi :
 « Bien que peu nombreuses, les compositions de Mme Schumann témoignent d’une vigoureuse inspiration qui distingue son œuvre en général. Ses premiers essais, qui sont des petits morceaux de piano écrits pour la plupart en forme de danses, sont exempts de tout reproche de trivialité. Ils ont un rythme agréable et surtout une fraîcheur de modulation qui, pour certains, est originale jusqu’à l’étrangeté. »
 Parmi ses compositions, les plus importantes et les plus récentes, sont : un Trio en sol mineur pour