Ouvrir le menu principal

Page:EDMA - La psychanalyse, Le Livre de Poche, 1975.djvu/11

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La découverte de la psychanalyse reste à jamais liée au nom d’un médecin viennois, Sigmund Freud, qui lui consacra toute sa vie. Freud revendique pour la psychanalyse le privilège d’avoir infligé à l’amour-propre humain sa troisième grande humiliation après Copernic et Darwin. Pour la première fois, l’homme est « décentré « au profit d’un monde qui lui échappe totalement : l’inconscient.

Condamnée et refusée avec violence, annexée à la culture et transformée en idéologie, la psychanalyse n’a cessé, depuis Freud, de progresser et d’élargir son domaine d’investigations. Elle a apporté non seulement une nouvelle méthode d’approche des maladies mentales, mais aussi une interprétation nouvelle de tous les phénomènes humains.


Sexualité et troubles psychiques

L’histoire de la psychanalyse commence en avril 1886 quand Freud s’installe à Vienne comme spécialiste des maladies « nerveuses » après un séjour de six mois à Paris auprès de Charcot, à l’hôpital de la Salpêtrière. Il découvre rapidement l’inefficacité des traitements appliqués aux innombrables malades qui ne souffrent d’aucune lésion organique. Dans la plupart des cas, l’électrothérapie et l’hydrothérapie demeurent sans action. L’impuissance des médecins est d’autant plus grave qu’une maladie,