Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et vois sur terre
Contre moi tout se conjurer !

BAMBINI.
Quoi ! c’est son père !
Triste mystère !
Qui tout à coup vient m’atterrer !
Je désespère
Et vois sur terre
Contre moi tout se conjurer !

LES CHŒURS.
Quoi ! c’est son père !
Triste mystère !
Pouvait-on se le figurer !
Mauvaise affaire,
Et que va faire
Notre cher duc pour s’en tirer !

LE DUC.
Stella, que prétendez-vous faire ?

STELLA.
Vous quitter… et suivre mon père !…
COUPLETS.
I
Que m’importe un titre éclatant,
Le luxe dont on m’environne,
Pour un destin bien moins brillant !
Sans regrets je les abandonne !
Non, désormais, je ne suis plus
Une noble et riche héritière,
J’ai troqué ces dons superflus
Pour l’humble habit de cantinière !
Ah !
Je suis mamzelle Monthabor,
La fille du tambour-major !
II
Je vous le dis bien franchement,