Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus jolie encore mille fois que sous ses vêtements de pensionnaire… Ah ! pourquoi ne suis-je qu’un simple lieutenant, sans sou ni maille… Tandis qu’elle !… (S’interrompant.) Allons, je crois que Monthabor a raison et que décidément je deviens un peu fou…

Il remonte vivement en voyant entrer Stella.


STELLA, entrant par la gauche en grand costume de bal.

J’ai pu m’échapper un instant… J’étouffe au milieu de ce bal.

Elle s’essuie les yeux avec son mouchoir.


ROBERT, s’approchant.

Qu’a-t-elle donc ?


STELLA, se levant.

Quelqu’un !… (Très surprise.) Monsieur Robert ! ici !


ROBERT, avec joie.

Vous vous rappelez mon nom ?…


STELLA, vivement.

Oh ! oui !… (S’arrêtant un peu confuse de ce qu’elle vient de dire.) et ceux de vos camarades aussi… Pendant ces quelques heures que j’ai passées au milieu de vous, vous avez tous été si bons pour moi… (Avec un soupir.) Ah !… ce jour-là, j’étais heureuse, tandis qu’aujourd’hui…


ROBERT.

Aujourd’hui, en effet, il me semble apercevoir sui votre visage…


STELLA.

Je viens de pleurer…


ROBERT, vivement.

Vous avez pleuré ?


STELLA.

Cela vous étonne… J’en suis étonnée moi-même… c’est si peu dans mes habitudes…