Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOUS.

Parfait…


LA DUCHESSE, les congédiant.

À ce soir donc, messieurs.


TOUS.

À ce soir !

Ils remontent.


LE DUC, les reconduisant.

Et surtout imprégnez-vous bien de cette idée !… Il n’y a pas d’armée française, il n’y en a pas.

Les seigneurs sortent.


Scène II

LE DUC, LA DUCHESSE, puis BAMBINI.



LA DUCHESSE.

Voilà nos invitations faites. Tout marche à merveille.


LE DUC.

Pourvu qu’à présent Bambini ne change pas d’avis… nous serions ruinés…


LA DUCHESSE.

Vous avez toujours peur, Ascanio… il n’y a pas de danger, il est éperdument amoureux de Stella.


LE DUC.

C’est bien là-dessus que je compte. (Bas.) Mais du reste, le voici, nous allons savoir à quoi nous en tenir.


BAMBINI, entrant.

Bonjour, cher duc. (Saluant la duchesse et lui baisant la main.) Duchesse !