Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/42

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA PRIEURE.
Ah ! pardonnez-moi,
J’étais si troublée,
Qu’en ces lieux, je croi
L’avoir oubliée !

LE DUC.
Eh quoi ! ma fille est restée
Aux pris’avec un corps d’armée !…
Où peut-elle être, ma Stella ?
Et qu’en ont-ils fait ?

STELLA, entrant suivie de Robert, Monthabor, Griolet, Claudine et des autres soldats.
Et qu’en ont-ils fait ? Me voilà !

Scène XIII

Les Mêmes, STELLA, ROBERT, MONTHABOR, GRIOLET, CLAUDINE, Soldats.



LE DUC, courant à Stella.
Ma fille !… elle est vivante !… enfin !

ROBERT.
Son père…

MONTHABOR.
Son père… Ce vieux parchemin ?

STELLA, au duc.
A tous ces braves militaires
Soyez ici reconnaissant ;
En bons camarades, en frères,
Ils ont veillé sur votre enfant !

LE DUC, aux soldats avec raideur.

C’est très bien, messieurs… serviteur !…

Il leur tourne le dos.