Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BAMBINI, même jeu.

Que sont devenues… les…


LE DUC, même jeu.

Les pensionnaires…


BAMBINI, de même.

Et les religieuses…


LE DUC, même jeu.

Je n’ose y penser !… c’est… c’est horrible !…


BAMBINI, même jeu.

Effroyable !…

A ce moment entrent vivement par la gauche les pensionnaires poursuivie par des soldats


Scène XII

Les Mêmes, LES PENSIONNAIRES, poursuivies par Des Soldats puis LA PRIEURE.


ENSEMBLE.

LES PENSIONNAIRES.
Messieurs les militaires,
De grâce laissez-nous ;
Nous dirons des prières
Pour vous !

LES SOLDATS.
O gentilles commères
Aux yeux noirs et si doux,
Soyez hospitalières
Pour nous !

LE DUC, à la prieure qui entre tout effarée.
Enfin vous voilà, Dieu merci !
D’où venez-vous, courant ainsi ?

LA PRIEURE.
De soldats la route était pleine
Et nous revenons au logis,
Toute tremblante, j’y ramène
Mon troupeau de jeunes brebis.

LE DUC.
Bien !… mais parmi votre famille
Grand Dieu !… je ne vois pas ma fille !…