Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Stella a été élevée… je vais la demander… (Regardant la statue qui est à droite.) Ah ! justement la supérieure…

Il s’avance et salue.


BAMBINI, l’arrêtant.

Mais non… c’est une madone.


LE DUC.

Une madone… vous croyez ?… (Il met son lorgnon.) C’est ma foi, vrai… je suis très distrait… il y a même des gens qui, à cause de cela, se figurent que j’ai la vue basse…


BAMBINI.

Quelle erreur… (A part.) Il est myope comme une taupe…


LE DUC.

Personne… et aucun bruit… Tout le monde est à l’office, probablement…


BAMBINI.

Probablement…


LE DUC.

Mon avis est que nous ne dérangions pas ces saintes femmes… Nous avons le temps d’attendre… Ah ! ah ! Stella ne se doute guère que je viens la chercher pour la marier…


BAMBINI.

Croyez-vous qu’elle consentira…


LE DUC.

À vous prendre pour époux… il serait curieux qu’elle osât résister aux ordres de la duchesse et aux miens… Vous êtes le marquis Ernesto Bambini, moi le duc Della Volta, deux grands noms, deux arbres généalogiques qui veulent enlacer leurs rameaux ?…


BAMBINI.

Oh ! oui… je ne demande qu’à enlacer…