Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOUS, riant.

Ah ! ah ! ah !


MONTHABOR.

Satané Griolet !… est-il spirituel cet imbécile-là !… À table !


TOUS.

À table !…

Pendant le chœur qui suit on s’est assis. — Robert est au milieu de la table, ayant à sa droite le sergent, puis Monthabor, puis Stella. — À la gauche de Robert un soldat puis Griolet, puis Claudine. — Les autres militaires mangent debout autour de deux petites tables qui sont placées à droite et à gauche de la grande. — Chaque soldat a devant lui son pain de munition.


CHŒUR.
Puisque le couvert est mis
Pour ce festin mémorable,
Asseyons-nous, mes amis.
Et plaçons-nous vite à table !

On s’est placé à table.


MONTHABOR, coupant d’énormes tranches de pain.
Je vais couper un peu de pain…

STELLA, à qui il en offre un morceau.
C’est beaucoup…

MONTHABOR.
C’est beaucoup… Bast ! il faut qu’on mange !

GRIOLET, la bouche pleine.
Pristi !… mais c’est du vrai lapin…

MONTHABOR, de même.
Un peu, Griolet… Ça nous change…
Et quelle sauce !…

GRIOLET.
Et quelle sauce !… C’est divin !
Ça vous emporte la mâchoire !