Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOUS.

Ah !


ROBERT, à part.

Pris !… mais seul ! (Faisant un signe aux autres.) Silence (Aux sbires.) Me voici !

Il remonte avec eux près de la porte du fond.


LE DUC, à la duchesse, se frottant les mains.

Allons, aujourd’hui tout me réussit… car notre fille est retrouvée… mes hommes viennent de l’arrêter.


TOUS, à part.

Oh !


ROBERT, au fond.

Elle aussi, prisonnière… pauvre Stella !

Les sbires l’entraînent, il sort.


LE DUC, s’avançant.

Ah ! monseignor !… Ah ! mon révérend !… quel service vous m’avez rendu…


MONTHABOR.

Un service ?… nous ?


LE DUC.

Sans doute, mes sbires ont tout de suite trouvé ma fille à l’adresse que vous m’avez indiquée.


GRIOLET, ahuri.

Ah bah !


M0NTHABOR

, à part.

Pas possible !


LE DUC.

En costume de vivandière… impossible de s’y tromper.


GRIOLET, bas à Monthabor.

Mais alors, c’est Claudine.