Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


était bien jolie, bien jolie cette petite miss sous son costume de vivandière…


LE DUC, vivement.

Vivandière… elle était en vivandière ?


MONTHABOR, à part, à Griolet.

Où veut-elle en venir ?


GRIOLET.

Sais pas…


STELLA.

Oh yes… vivandière français… dix-sept à dix-huit ans… des cheveux blonds et des yeux noirs…


LE DUC, à part.

Le signalement de Stella… (Vivement.) Continuez…


STELLA.

Alors monsignor il descend de son carrosse pour consoler la petite… et elle lui avouyait qu’elle avait enfui elle de chez ses parents… qu’elle avait perdu ses compagnons de route et enfin qu’elle ne savait plus du tout ce qu’elle allait devenir.


LE DUC, très inquiet.

Continuez… continuez… et alors ?


STELLA.

Oh ! alors, monsignor il a fait monter la jolie miss dans son carrosse et il a ordonné à môa tout bas de la conduire dans son petit maison du faubourg.


MONTHABOR, se voilant la face.

O tempora ! ô mores !


STELLA.

Voilà l’histoire… (Riant.) Oh ! oh ! oh ! elle était bien drôle, n’est-ce pas ?


LE DUC.

Dans sa petite maison !… (A Griolet.) Monsignor, quels sont donc vos projets ?