Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MONTHABOR, lui donnant un coup de poing.

Idiot !… (Haut.) Claudina… c’est une Vésuvienne… (A part.) Détournons la conversation… (Haut.) Mais vous, monsieur le duc, dans quel but, tirez-vous vos guêtres par ici ?


LE DUO, étonné.

Mes guêtres ?…

Griolet donne un coup de poing à Monthabor.


MONTHABOR.

Je veux dire vos sandales.


LE DUC.

Moi, je suis à la poursuite d’une jeune personne…


MONTHABOR, bas à Stella.

C’est toi qu’il cherche… il faut l’éloigner à tout prix…


STELLA, bas.

Laisse-moi faire… (Haut au duc, reprenant l’accent anglais.) Oh ? ce était très drôle… Monsignor il avait rencontré gioustement ce matin une petite miss…


LE DUC, à Griolet.

Vraiment… racontez-moi donc ça…


GRIOLET.

Moi ?… (A part.) C’est que je ne sais pas du tout… (Haut.) Non… voyez-vous… ça me gênerait… J’aime mieux que ce soit mon cocher…


MONTHABOR.

Il raconte très bien… Allez-y, John…


STELLA.

on ! yes… Cette matin je condouisais monsignor à Milan… lorsque au moment d’entrer dans cette ville, mon maître il aperçoit par le portière oune petite demoiselle qui était assise dessus la route et qui pleurait… beaucoup fort… comme une biche… Aôh ! elle