Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE DUC.

Vous l’aurez… je ne me suis installé ici que pour mieux continuer mes recherches…


BAMBINI.

Auriez-vous quelque indice ?


LE DUC.

Oui… je suis convaincu que celui qui nous l’a enlevée, ce Robert, s’est réfugié dans Milan…


BAMBINI.

Le drôle !… Si nous le pinçons son affaire est claire…


LE DUC.

Fusillé… mais il s’agit de le pincer… Une fois que nous le tiendrons, nous tiendrons Stella…


BAMBINI.

C’est évident…


LE DUC.

Ah çà, et vous ?… vous venez de chez le gouverneur de Milan… vous a-t-il donné ce sauf-conduit dont on a besoin maintenant pour circuler sans être inquiété ?


BAMBINI.

Il vous l’enverra tout à l’heure.


LE DUC.

Bon…


BAMBINI.

De plus il met une escouade de sbires à votre disposition…


LE DUC.

Très bien…


BAMBINI.

Et c’est d’autant plus beau de sa part, que ce pauvre gouverneur est lui-même dans une bien grande inquiétude…