Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sous la main pour le tarabuster, il me semble qu’il me manque quelque chose…


ROBERT.

Vous verrez que vous finirez par l’adorer.


CLAUDINE.

C’est bien possible… lui, au moins, il fait tout ce qu’il peut pour qu’on l’aime…


CLAMPAS.

Allons, allons, mes enfants… est-ce que vous allez encore vous disputer ?…


ROBERT.

Non… nous avons à songer à des choses plus sérieuses… car nous ne pouvons pas rester ici… Dès ce soir il faut que Claudine et moi nous ayons rejoint notre régiment…


CLAMPAS.

Quitter Milan… mais c’est impossible…


ROBERT.

Pourquoi ?


CLAMPAS.

Parce qu’on vient d’afficher sur tous les murs une nouvelle ordonnance… À partir d’aujourd’hui, on ne peut plus sortir de la ville sans un sauf-conduit du gouverneur.


CLAUDINE.

Aïe !


ROBERT.

Qu’importe !… Nous forcerons la consigne… il en arrivera ce qui pourra…


CLAUDINE.

Au petit bonheur !… Le lieutenant a raison… Il n’y a pas… il faut retrouver les nôtres…