Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène XV

MADAME FAVART, FAVART, HECTOR, puis SUZANNE. Un instant de silence.



FAVART, avec joie.

Parti !


HECTOR, de même.

Enfin !


MADAME FAVART, ôtant sa douillette, sa coiffe et jetant sa béquille.

Eh bien, comment trouvez-vous que je m’en suis tirée ?


HECTOR.

Superbe !…


FAVART.

Tu as été tout bonnement splendide…


SUZANNE, entrant, toujours en soubrette.

Ah ! madame, je vous écoutais… et je vous admirais !


FAVART, à sa femme.

Je te ferai un rôle de vieille pour ta rentrée au théâtre…


MADAME FAVART.

Oui, mais en attendant, il faut fuir et gagner la frontière…


FAVART.

Tu as raison… la route est libre… partons !

Ils remontent tous les quatre.


PONTSABLÉ, au fond en dehors.

Gardez bien toutes les issues, que personne ne puisse sortir !