Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME FAVART.

Nous la tenons, cette péronnelle… mais il ne faut pas perdre de temps…


PONTSABLÉ, vivement.

Pas une minute…


MADAME FAVART.

Il faut partir pour Saint-Omer…


PONTSABLÉ.

À l’instant même…


MADAME FAVART, toussant.

Vertu de ma vie ! si je n’avais pas mon asthme, j’irais avec vous… partez vite, marquis ! (Bas à Hector.) Grondez-moi donc…


HECTOR.

Mais, ma tante…


MADAME FAVART.

Silence, Hector !…


PONTSABLÉ.

Silence, Hector ! (A Favart.) Vite, vite, ma voiture.

Favart remonte au fond pour donner l’ordre.


MADAME FAVART.

Dès que vous la tiendrez, vous m’écrirez, n’est-ce pas ?…


PONTSABLÉ.

Soyez tranquille… Au revoir et merci… (Aux officiers.) En route, messieurs, en route pour Saint-Omer !

Il sort vivement avec les officiers. — Les invités remontent pour le voir partir.