Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PONTSABLÉ.

C’est indigne !


MADAME FAVART.

Oh ! que je souffre !… Je ne pourrai paraître à cette fête… mon pauvre cœur brisé… J’étouffe !… (Elle chancelle.) Ah ! ah !


PONTSABLÉ, la recevant dans ses bras et la faisant asseoir sur le canapé.

Elle se trouve mal !…


FAVART, descendant.

Ah ! mon Dieu !… (Bas à sa femme, pendant que Pontsablé est remonté.) Qu’as-tu donc ?


MADAME FAVART, vivement et bas à Favart.

Tais-toi… c’est pour rire… (Renversant sa tête et criant.) J’étouffe !… ah ! ah !


FAVART, à part.

Bien joué l’évanouissement…


PONTSABLÉ, criant.

Des sels !… du vinaigre !


Scène XII

Les Mêmes, HECTOR, puis SUZANNE.



HECTOR, entrant.

Qu’y a-t-il ?


PONTSABLÉ, frappant sur un timbre.

Du vinaigre… des sels… il n’y a donc pas une femme de chambre…


SUZANNE, en soubrette, entrant.

On m’appelle ?