Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FAVART.

De quoi avez-vous causé l’autre jour avec le gouverneur ?


MADAME FAVART, avec reproche.

Des soupçons… Ah ! Charles !


FAVART, accentuant.

De quoi avez-vous causé ?… De quoi ?


MADAME FAVART.

Quels regards !… (Riant.) Ah ! ah ! ah ! ah ! (Apercevant Pontsablé qui paraît au fond.) Tiens, le voici, le gouverneur !… Tu peux le questionner toi-même… (Riant.) Ah ! ah ! ah !


FAVART.

Mais oui, je vais le questionner !


Scène IX

Les Mêmes, PONTSABLÉ.



PONTSABLÉ, en grande toilette, à part.

Elle est encore là… Je suis assez coquet… Je peux me lancer…(S’avançant vers madame Favart.) Eh ! mon Dieu ! belle dame, vous me paraissez d’une gaîté…


MADAME FAVART, toujours riant, montrant Favart.

C’est cet imbécile de Benoît… qui ne dit et ne fait que des sottises… s’il continue, nous ne pourrons pas le garder.


FAVART, à part.

Bon ! elle se moque de moi par-dessus le marché !


PONTSABLÉ.

Vraiment ?… Eh bien ! moi, il ne me déplaît pas ce garçon… et je le prends à mon service…