Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/7

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BISCOTIN.

Vous me faites beaucoup d’honneur !


COTIGNAC.

Débarrasse-toi…, Suzanne… ôte la pelisse… ta mantille…

Suzanne retire sa pelisse et sa mantille qu’elle accroche à une patère contre le mur.


BISCOTIN.

Comme elle est grande, mademoiselle… et belle maintenant…


COTIGNAC.

Elle est très-belle… c’est dans le sang des Cotignac… Voilà tout ce qui me reste de dix-sept enfants, monsieur !… Mon aîné aurait aujourd’hui trente-deux ans… il serait dans la cavalerie… (A Suzanne qui regarde au fond.) Eh bien ! mademoiselle, qu’est-ce que vous regardez là ?


SUZANNE.

Rien, papa…


BISCOTIN, à Cotignac.

Est-ce que vous êtes pour longtemps à Arras ?


COTIGNAC.

Du tout !… Je retourne au camp du maréchal de Saxe.


BISCOTIN.

Ah ! ah ! on dit que ça va chauffer par là ?…


COTIGNAC.

Je le crois… ma fille m’a fait la conduite jusqu’ici où j’ai une visite à rendre à M. de Pontsablé, le gouverneur de l’Artois.


BISCOTIN.

Tiens… vous avez affaire à notre gouverneur ?…