Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME FAVART.

Eh ! ne le sont-elles pas toutes !… Ah ! ces actrices… Ah ! pouah !… quel métier !… Tenez, marquis, ne me parlez pas de ce monde des coulisses… il me porte sur les nerfs…


PONTSABLÉ.

Je le crois… quand on a votre distinction, votre noblesse… Oh ! du premier coup d’œil on voit la différence qui existe entre ces femmes de théâtre et une femme du monde… comme vous, madame.


MADAME FAVART.

Vous êtes physionomiste…


PONTSABLÉ.

On le dit ! (Il lui baise la main. — À part.) Elle est idéale ! (A Hector.) Mais revenons à cette comédienne. Je vais vous signer un ordre d’arrestation.


HECTOR, montrant la table.

Tenez, monseigneur, là… (Pontsablé s’asseoit. — Suzanne parait au fond dans le jardin.) Oh ! ma femme !

Pontsablé écrit.


SUZANNE, entrant vivement et courant à Hector.

Me voici…


HECTOR, bas et vivement.

Tais-toi !


MADAME FAVART, à part.

Elle va tout gâter.


HECTOR, poussant Suzanne vers la portière de gauche.

Et disparais… ou je suis perdu !…

Il laisse retomber la portière sur Suzanne stupéfaite.


PONTSABLÉ, levant la tête.

Qu’est-ce donc ?


HECTOR, très-troublé.

Rien, monseigneur… rien… je disais… Quel beau temps… quel superbe temps pour les asperges…