Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/6

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BISCOTIN.
––––––Bonjour, messieurs, bonjour mesdames,
––––––Donnez-vous la peine d’entrer.

BABET.
––––––Chez nous, pour vous satisfaire,
––––––On saura si bien vous plaire,
––––––Que tous vous viendrez revoir
––––––L’auberge du Lapin noir !

LES VOYAGEURS.
––––––Qu’on nous conduise promptement
––––––Chacun à notre logement.
––––––Après cette course infernale,
––––––Vite, vite, qu’on nous installe !

Pendant que les voyageurs entrent dans les chambres à droite et à gauche, précédés des garçons et des servantes qui portent leurs bagages, on voit arriver par le fond Cotignac et Suzanne.


Scène II

BISCOTIN, COTIGNAC, SUZANNE.



SUZANNE, entrant.

Venez donc, papa…


COTIGNAC, la suivant.

Me voici, ma fille… C’est curieux… je m’étais endormi… ça ne m’arrive jamais..


BISCOTIN.

Eh ! mais, c’est M. le major Cotignac… et sa charmante fille…


COTIGNAC.

Bonjour, Biscotin, bonjour… Vous voyez que je vous suis fidèle et que toutes les fois que j’ai affaire à Arras, c’est chez vous que je descends…