Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tenez, Suzanne, lisez cette lettre que j’avais préparée pour vous et vous comprendrez tout…


SUZANNE, prenant la lettre.

Voyons…

Elle lit à l’avant-scène, côté gauche, Hector tombe sur une chaise près d’une table et reste la tête plongée dans ses mains.


FAVART, revenant par la droite, il est en valet de ferme.

Me voilà costumé… où est ma femme ?

Il remonte vers le fond.


SUZANNE, après avoir lu.

Ainsi… cette place… plus d’espoir ?…


HECTOR, revenant à elle.

Aucun espoir… aucun !…


FAVART, au fond, le regardant et le reconnaissant. À part.

Tiens !… Mais, c’est Boispréau !…

TRIO
HECTOR.
––––––Adieu, Suzanne, je vous rends
––––––Votre promesse et vos serments ;
––––––Quant à moi, j’ai trouvé, ma chère,
––––––Un moyen pour me distraire !…
SUZANNE.
––––––O ciel ! que prétendez-vous faire ?

HECTOR, se dirigeant vers le fond.
––––––Un petit tour dans la rivière !

FAVART, l’arrêtant et le ramenant en scène.
––––––Halte-là ! monsieur, s’il vous plaît…

SUZANNE, étonnée.
––––––Qu’est-ce ?…

HECTOR, à part.
––––––Qu’est-ce ?… Favart !…

Vivement à Suzanne.

––––––Qu’est-ce ?… Favart !… C’est mon valet !