Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUZANNE.

Mais, je vous l’ai dit, monseigneur !


HECTOR.

Ma femme !…


COTIGNAC.

Ma fille !…


PONTSABLÉ.

Sa femme… sa fille… Oh ! ma tête !… Mais, alors, on s’est moqué de moi ?… On m’a traité comme un Cassandre !… (Furieux.) Morbleu !… Ventrebleu !…


TOUS LES TROIS, suppliant.

Monseigneur…


PONTSABLÉ.

Arrière !… (Au sergent.) Vite… de quoi écrire. (A Hector, avec rage.) Ah ! vous m’avez bafoué, monsieur !… ah ! vous m’avez dindonné, monsieur… moi !… Un Pontsablé !… Mais, chacun son tour !… Je vous tiens !… et je vais prendre ma revanche !… Oh ! ma tête !… oh ! ma tête !…


FAVART, sur le théâtre.

Mais, taisez-vous donc !… Vous troublez la représentation… On va vous faire sortir, vieille pie borgne !…


PONTSABLÉ.

Cabotin !


SUZANNE, à son mari.

Mon pauvre Hector !

Le sergent a apporté à Pontsablé une plume et une écritoire. — Pontsablé écrit sur un tambour que le sergent tient devant lui.


FAVART, sur le théâtre.

Ça roule… ça roule !… chauffons, mes enfants… Le couplet au public maintenant. (Regardant par les plis de la tenture.) Bon, très-bien !… Le roi a souri… le grand roi a daigné sourire… (Applaudissements prolongée.) Quel succès !…