Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FAVART.
––––––Qu’il sonne fort ! Il sonnera !

MADAME FAVART.
––––––Allons, prends-le !

FAVART.
––––––Allons, prends-le ! Je vais le prendre.

MADAME FAVART.
––––––Dépêche-toi !

FAVART, l’embrassant.
––––––Dépêche-toi ! Tiens, le voilà !

MADAME FAVART, montrant l’autre joue.
––––––Un autre là !

FAVART.
––––––Un autre là ! Bien doux ! bien tendre !
––––––––––––––––––Etc.
ENSEMBLE.

MADAME FAVART.
––––––––––Ce bon baiser
––––––––M’a rendu mon courage ;
––––––––––Sans plus tarder,
––––––––Mordienne ! à l’abordage !

FAVART.
––––––––––Ce bon baiser
––––––––Lui rend tout son courage ;
––––––––––Sans plus tarder,
––––––––Mordienne ! à l’abordage !

Madame Favart monte vivement sur le petit théâtre.


FAVART.

Ah !… je renais !… Place au théâtre ! (Il monte l’escalier.) Je frappe les trois coups !

Il disparaît un instant.