Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME FAVART.
––––––Non, non, la force m’abandonne,
––––––Mon sang se glace !… Je frissonne !

FAVART.
––––––Dompte ce ridicule effroi,
––––––Allons, sois homme comme moi !
––––––Tu le vois, je suis brave… écoute,
––––––Tu vas me suivre, et je vais, moi,

Montrant le théâtre.

––––––Sans crainte, te montrer la route.

Il s’élance vers le théâtre et monte l’escalier.


CHŒUR EN DEHORS.
––––––––––Le roi ! le roi !
––––––––––––Qu’on fasse
–––––––––––––Place !
––––––Et chapeau bas devant le roi !

Favart redescend l’escalier, pâle et tremblant.


FAVART.
––––––––––––Le roi !
––––––Tu l’as entendu, c’est le roi !

MADAME FAVART.
–––––––––––C’est le roi !

Avec résolution.

––––––Eh bien, non ! pas d’enfantillage !
––––––Dans mon art, je trouve un soutien !
––––––Et pour me donner du courage,
––––––Embrasse-moi !

FAVART.
––––––Embrasse-moi ! Je le veux bien.

MADAME FAVART, montrant sa joue.
––––––Un gros baiser.

FAVART.
––––––Un gros baiser. Bien doux ! bien tendre !

MADAME FAVART.
––––––Qu’il sonne fort !