Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PONTSABLÉ.

Vous avez l’air de ne pas y toucher… Quant à elle, mon ami, je vous jure qu’elle n’est pas coupable…


COTIGNAC.

Coupable ou non… qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse ?…


PONTSABLÉ, étonné.

Ça ne vous fait rien ?…


COTIGNAC.

À moi, rien du tout… et puisque vous y tenez tant que ça, vous n’avez qu’à dire à Hector de vous la céder…


PONTSABLÉ.

Vous croyez qu’il consentirait… ?


COTIGNAC.

Pourquoi pas ?… Il ne demande qu’à vous être agréable… D’ailleurs, je crois qu’il n’était pas très-content de son service…


PONTSABLÉ.

Ah !…


COTIGNAC.

Et qu’il allait lui donner ses huit jours…


PONTSABLÉ, stupéfait.

Ses huit jours… il a une manière de s’exprimer…


COTIGNAC.

Seulement, c’est un drôle de goût que vous avez là… et il est regrettable qu’à votre âge vous donniez dans les cuisinières…


PONTSABLÉ.

Dans les cuisinières !… Qu’est-ce qu’il dit ?… Mais ce petit paysan, c’est votre fille !…


COTIGNAC.

Ma fille !…