Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène IV

Les Mêmes, PONTSABLÉ.



PONTSABLÉ, entrant vivement et se dirigeant vers la tente de gauche.

Madame Favart ! (Apercevant Favart et Suzanne.) Vous êtes là… Ah ! mes enfants, je suis aux anges… aux anges !… Je sors de chez le maréchal de Saxe… il a la goutte…


FAVART.

Tant mieux !…


PONTSABLÉ, étonné.

Comment, tant mieux ?…


FAVART, se reprenant.

C’est un trop plein de santé…


PONTSABLÉ.

Le grand homme est cloué dans son fauteuil… (A Suzanne.) sans quoi il serait déjà venu vous faire une petite visite… Du reste il est enchanté… Il sait que c’est grâce à mon adresse que vous êtes au camp… Il m’a bombardé d’éloges… bombardé est le mot.


FAVART, avec un peu d’ironie.

Eloges bien mérités.


PONTSABLÉ.

Je le crois… car j’ai été fin…


FAVART.

Oh ! oui… (A part.) Ganache, va !…


PONTSABLÉ, à Favart.

Voyons, ça marche-t-il ?… Avez-vous terminé votre impromptu ?…


FAVART.

À peu près.