Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV



Une minute, un siècle plutôt se passa, puis j’entendis qu’on montait l’escalier.

— Qui vive ? m’écriai-je.

— Moi, répondit le colonel, et je crois vous avoir sauvé la vie, cher ami !