Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III



— Les Godard, sir, étaient de braves marchands qui, loin d’être effrayés par le fanatisme religieux des Pablanos, y trouvaient au contraire un encouragement pour se fixer dans cette ville ; car eux-mêmes pro-