Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
inconnu

La chambre était assez propre, mais le lit, malgré moi, m’inspirait de l’horreur. Les matelas, peu soigneusement secoués, laissaient encore deviner l’empreinte qu’y avait laissée le mort.

— Je ne coucherai point dans ce lit, dis-je à M. M…

— Et où ça donc coucherez-vous alors ? me demanda-t-il, presque fâché par ma susceptibilité.

— Sur cette natte de joncs, par terre.

— À votre aise, me répondit l’aubergiste, qui s’éloigna en murmurant : — Ces Parisiens, parole d’honneur, sont d’une délicatesse ridicule !

La vie que mènent les habitants de la Vera-Crux n’a rien de bien attrayant. Levés le matin dès quatre heures, pour respirer la brise de mer, ils vont prendre le café