Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VIII



Cette boucherie m’avait tellement ému que je ne serais certes jamais parvenu à diriger mon cheval, sans l’obligeance de M. L…, qui ne me quittait pas.

— Pour votre début, vous n’avez guère