Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/16

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
10
un monde

indiqué, je trouvai son propriétaire, M. M…, un Français, vivement contrarié. Les arrivées des navires avaient été si suivies qu’il n’avait pas une seule chambre vacante, et se trouvait forcé de refuser ses compatriotes : or, me dit-il avec naïveté, cela m’est fort désagréable ; car, si les Anglais et les Allemands dont je suis encombré, boivent plus de grogs que les Français, en revanche les Français font le double de dépense.

J’allais donc m’en retourner avec mes deux cargadores et mon bagage à la recherche d’un autre gîte, quand M. M… se ravisant subitement, s’écria : « Attendez… peut-être pourrais-je vous donner une chambre : Barrabas, continua-t-il en appelant un petit nègre qu’on voyait occupé dans le corridor à déchiqueter une banane, va voir, mon garçon, si le numéro 14 est mort.