Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/12

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
un monde

suite de vétusté et d’accidents bachiques, très variée de dessins et d’une couleur problématique, représente leur uniforme ; cette veste, la plupart du temps à moitié débraillée, trahit souvent une absence complète de chemise, et laisse voir à nu une poitrine d’un bistre jaune et sale, vierge depuis plusieurs années de toute ablution. Le pantalon est à l’avenant de la veste, c’est-à-dire qu’il est en calicot et qu’il a dû être blanc. Quant à la chaussure, elle me parut être un objet de luxe laissé à la fantaisie de chacun car il n’y avait pas deux soldats chaussés de même. Les uns avaient des sandales, d’autres une sandale et un pied nu ; les plus fashionables montraient avec orgueil une vieille paire de souliers-savates de cuir jaune de Cordoue ; ceux d’un esprit moins ambitieux et plus raisonnable se conten-