Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/313

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Alain comprit que la première action du marchand, en revenant à lui, serait d’appeler au secours.

— Voici les vingt écus que je vous dois, lui dit-il ; puis, jetant l’argent sur le comptoir, il se sauva à toutes jambes et se mit à courir à perdre haleine tout droit devant lui. — Ouf ! dit-il en s’arrêtant enfin, le front ruisselant de sueur et la respiration oppressée, on croirait qu’on m’a jeté un sort ! toutes les fois que je mets les pieds dans la rue, j’ai l’air d’un cerf chassé par une meute ; je cours, je cours… ça ne fait rien, je suis