Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/312

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pier, il franchit hardiment le seuil de la porte.

Malheureusement pour le Bas-Breton, une fois qu’il fut en présence de sa victime, son sang-froid l’abandonna et il perdit la tête.

Quant à Buhot, la stupéfaction mêlée de terreur que lui causa l’apparition si inattendue de son voleur fut telle qu’il resta la bouche béante, les yeux démesurément ouverts, le col tendu et incapable de prononcer une parole.