Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/311

Cette page a été validée par deux contributeurs.


demandait-il en se dissimulant de son mieux derrière un pilier, car au fond, c’est drôle, mais je comprends, à présent, que j’ai fait une véritable volerie. Cependant je ne pouvais pas laisser non plus mon maître damner son âme ! S’il allait se fâcher, ce Buhot, et me faire arrêter ! Bah ! j’ai mon penbas, je me défendrai !… Oui, mais, me défendre contre cent personnes, c’est pas possible. Le mieux, est de lui expliquer gentiment la chose. Oui, c’est cela !

Alain, prenant bravement son parti, abandonna le pilier, et, se dirigeant d’un pas rapide vers la boutique du dra-