Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/305

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le boucanier portait un costume d’une richesse sans égale, quoique d’une grande sévérité ; chaque bouton de ses vêtements était un diamant ; la simple torsade de son épée, composée d’un collier tordu de perles admirables, valait au moins vingt mille livres.

— J’étais bien sûr de vous trouver prêt et vous impatientant déjà, mon cher Louis, dit-il à de Morvan après l’avoir embrassé. Pourtant, huit heures sonnent à peine.

— Partons-nous, cher baron ? s’écria le jeune homme.