Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/304

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vous auriez pu me rendre les vingt écus que je vous ai prêtés.

— Tu as raison, répondit de Morvan avec embarras.

— Ne vous fâchez pas, monsieur le chevalier, je vous en prie, reprit vivement Alain ; je vous assure que si je n’avais pas besoin de cet argent, j’aurais peut-être bien encore attendu une semaine avant de vous toucher un mot de la chose !

En ce moment on frappa à la porte de la chambre, et Legoff entra.