Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/302

Cette page a été validée par deux contributeurs.


son innocence ; il avait peur d’être coupable.

— Monsieur le chevalier, dit-il après avoir hésité, voilà plusieurs jours que je m’excite à vous causer d’une certaine chose qui me tient à cœur… et je n’ose pas.

— Tu as tort, mon gars ; si ce n’est en moi, en qui auras-tu confiance ?

— Mais je n’ai confiance en personne, mon maître, s’écria vivement Alain, que cette supposition parut indigner. Quant