Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/301

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de bon sens comme le chevalier pût dépenser autant de temps à se parer : cela l’attristait.

Au reste, depuis ses merveilleuses aventures du Pont-Neuf, le brave Bas-Breton était devenu d’une taciturnité remarquable.

L’emprunt, un peu violent peut-être, qu’il avait fait au drapier Buhot se représentait sans cesse à sa pensée et pesait sur sa conscience.

Parfois il lui prenait des doutes sur