Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/298

Cette page a été validée par deux contributeurs.


heure avec son père pour Versailles — de la rassurer, par un mot et sans perdre de temps, sur l’issue du combat. Elle ajoutait que le comte de Monterey allait voir le roi et que de cette entrevue, dépendait la mise immédiate à exécution ou l’abandon momentané du plan dont elle avait entretenu le chevalier.

De Morvan, ivre de joie, en recevant ce billet, qui pouvait, à la rigueur, passer pour un aveu, remit à la messagère de Nativa, une des femmes de l’hôtel d’Harcourt, la lettre suivante qu’il accompagna d’un louis.