Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/280

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ce ne fut qu’en arrivant à Sèvres, qu’il reprit la conversation.

— Mon cher comte, dit-il, me permettez-vous de vous adresser une question, peut-être indiscrète et embarrassante, à coup sûr, si vous y répondez avec franchise ? Comment se fait-il que je vous aie rencontré à Versailles ?

— J’étais à Versailles pour attendre à son passage et l’entrevoir, une seconde seulement, une jeune personne que j’aime de tout mon cœur, répondit le gentilhomme en rougissant, mais