Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/278

Cette page a été validée par deux contributeurs.


produit la course du serpent à travers les savanes desséchées du désert :

— Sais-tu encore ce qui me fait pleurer ? dit-il : c’est que depuis quinze ans que ton père n’est plus, mon bras n’a pu atteindre son assassin !… que j’ai jusqu’à ce jour laissé le sang de mon matelot sans vengeance !… Comprends-tu à présent pourquoi j’ai besoin de toi ?…

— Oui, s’écria de Morvan, et je jure devant Dieu, que, dans quelque position que je me trouve, en quelque moment