Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/274

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Vous avez connu mon père, monsieur ? interrompit de Morvan avec un élan plein de pâleur et de larmes. Oh ! de grâce… parlez !… puis-je espérer encore…

Le comte de Morvan est mort assassiné entre mes bras, répondit lentement Legoff avec une émotion profonde. Les dernières paroles qu’il m’adressa furent : « Mon ami, je recommande à ta tendresse mon pauvre Louis, mon fils… deviens son père. »

Un long silence suivit cette réponse